Menu

Procès des militaires au Burkina: le caporal Madi Ouédraogo accuse Isaac Zida

Coup de théâtre au tribunal militaire de Ouagadougou. Le principal accusé, le caporal Madi Ouédraogo, que tout le monde attendait, est passé à la barre. Et il n’a pas été avare en révélations. Il estime être victime d’un complot suite à son refus d’exécuter un plan de l’ex-Premier ministre Yacouba Isaac Zida. Un plan qui aurait consisté à éliminer certaines personnalités, dont les généraux Djibrill Bassolé, Gilbert Diendéré et l’actuel président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo. Selon l’accusé, le général Zida voulait faire sa «révolution» et ses trois personnes étaient des obstacles à son projet.



Pendant près de trois heures, le caporal Madi Ouédraogo donne sa version des faits sur le projet d’attaque de la maison d’arrêt et de correction des armées (MACA). Son refus d’exécuter une mission commandée par l’ex-Premier ministre Yacouba Isaac Zida fait de lui une cible à abattre, raconte-t-il.

« Pour un procureur qui veut la vérité, quand Madi vous informe que Zida l’a appelé et lui a demandé, avec quinze autres de ses camarades qu’il a nommément cités, en tout cas pour la plupart, que Zida leur a donné l’ordre d’aller tuer les deux généraux : le général Djibrill Bassolé, le président Gilbert Diendéré et le président de l’Assemblée nationale. A partir du moment où il vous dit ça et qu’il dit : telles personnes étaient avec moi, si vous voulez la vérité allez leur demander, je ne vois pas de raison pour le parquet de dire qu’il ment. Sauf si le parquet lui-même ne veut pas découvrir la vérité », appuie Me Christophe Birba, l’un des avocats de la défense.

Absence d’un témoin capital, incohérence dans certains faits, pour les avocats de la défense, la thèse du complot contre Madi Ouédraogo et ses camarades se confirment au fur et à mesure, selon Me Odilon Gouba. « Ce dossier est vide. C’est parce qu’il a refusé d’exécuter une mission consistant à assassiner des personnalités du pays que la machine s’est retournée contre lui », abonde-t-il. 

A (RE)LIRE → Burkina: des militaires devant la justice pour avoir fomenté un plan d'évasion

Le caporal Madi Ouédraogo accuse le général Yacouba Isaac Zida d’avoir aidé le chef du commando qui aurait assassiné Thomas Sankara à quitter le Burkina Faso en 2015.


rfi.fr

Mercredi 11 Janvier 2017


Nouveau commentaire :

Vous êtes libre de commentez le contenu de ce site mais abstenez-vous de proférer des injures à 'encontre de qui due ce soit.
Merci de votre compréhension.
Abidanactu.com

Actu en Filet

"Les entreprises d’agrobusiness ne pouvaient pas payer pendant longtemps leurs souscripteurs à des taux exorbitants", soutient le ministère de l’économie et des finances

Côte d’Ivoire - Russie : Duncan chez Poutine en juin

Lt-colonel Issiaka Ouattara dit "Wattao" s'adresse aux soldats de la Garde Républicaine

La police ivoirienne disperse une manifestation de producteurs de cacao

Au procès Gbagbo-Blé Goudé, l’ancien DG de la police nationale a été contraint de témoigner à visage découvert

La Haute autorité pour la bonne gouvernance invite les présidents d’institutions, les ministres et secrétaires d’Etat, gouverneurs, les élus, etc. à déclarer leur patrimoine (Communiqué)

Entreprises d’agrobusiness: Début des remboursements avant fin février

Difficultés dans les transports en communs à Abidjan : la SOTRA annonce des nouveaux bus en provenance de l’Inde à la fin du mois de mars (Note)

Bouaké : les enseignants arrêtent de dispenser les cours pour protester contre une ‘’agression’’ de leurs élèves

Vos Idées

Existence d’une pensée juridique ivoirienne: Wodié et Oble ‘’s’affrontent’’

Côte d'Ivoire/ Forces armées: Division...Le pire arrive!

Gambie: Yahya Jammeh a déménagé le palais en quittant Banjul

Situation sociopolitique: Anaky Kobena condamne la gestion de la crise par Ouattara

Mutinerie et grève généralisée dans l’administration: Odette Lorougnon exige la démission de Ouattara

RECONDUCTION DE LA GREVE DES FONCTIONNAIRES – IMBROGLIO AUTOUR DE L’ACCORD AVEC LES MUTINS/ REACTION DE PATRICK SAHI LOUA, PRESIDENT de la SOCIETE CIVILE DIGNE DE COTE D’IVOIRE

Le coup d’éclat militaire en Côte d’Ivoire est-il un coup de semonce ?

Procès aux assises d’Abidjan: Qui va libérer Ehivet Simone Gbagbo

Gambie : les cinq scénarios pour une sortie de crise