Menu

Mutinerie au sein de la grande muette : Un mutin fait de graves révélations



Cinq jours après le déclenchement  de la mutinerie des soldats  du régime, le calme  ne semble pas totalement revenu. Des voies sont certes  dégagées pour laisser le passage aux véhicules, favoriser le bon déroulement des activités économiques, mais  l’atmosphère reste  encore tendue dans tout le pays.  Malgré la promesse du chef de l’Etat, les mutins  sont encore sur leur garde.  Lors d’une rencontre hier  avec un mutin, celui-ci a affirmé,   « ce n’est pas fini », avertit  un insurgé avec qui Le Quotidien d’Abidjan a pu entrer en contact  hier.    « Nos représentants   sont en négociations avec les autorités. L’heure est grave. Il faut  faire vite en prenant en compte toutes nos  revendications », ajoute Binaté, alias Sow Baldé. Il  rappelle  que cette crise était inévitable vu que les autorités refusaient jusque-là de faire face à leurs revendications. « Ce mouvement marque la révolution  des mutins. Désormais, la confiance est rompue. Si d’ici peu  nos revendications ne sont pas satisfaites,  ce sera la   grogne dans toutes les casernes du pays. Advienne que pourra », prévient   Binaté.  Il  indique que le ministre délégué  à la Défense est attendu  le vendredi 13 janvier à Bouaké pour rendre compte des accords trouvés    dans le cadre   du versement  des primes,  du règlement de leurs conditions de travail et des cas des soldats  sans matricule. Ils sont  nombreux les soldats   qui, présents dans les casernes n’ont toujours pas de matricule. Selon notre interlocuteur, de nombreuses armes  des casernes de Bouaké  et des postes de gendarmeries emportées durant la mutinerie sont dans la nature par conséquent, il faut mettre  régler les problèmes y compris ceux des milliers des ex-combattants démobilisés  si on ne veut pas  susciter d’autres remous.  «Nous avons vidé toutes les poudrières de Bouaké. Les armes sont dans la nature.  Des ex-combattants non insérés menacent de se soulever. La DDR a échoué par la faute des responsables de cette structure. Ils doivent rendre compte », indique-t-il. Pour  le mutin, la Côte d’Ivoire  est sur des braises. Elle  s’en sortira que si les autorités  actuelles prennent  des décisions allant  dans le sens  de la dépolitisation de l’armée et de la réconciliation.  « Sous Ouattara,  les militaires ont  d’énormes problèmes et l’armée est  beaucoup politisée », souligne-t-il.
Source : Le Quotidien d’Abidjan
Mardi 10 Janvier 2017


Nouveau commentaire :

Vous êtes libre de commentez le contenu de ce site mais abstenez-vous de proférer des injures à 'encontre de qui que ce soit.
Merci de votre compréhension.
Abidanactu.com

Dans la même rubrique :
< >

Abidjan Post

Une macabre découverte dans l'estomac de ce crocodile

Procès de Gbagbo et Blé Goudé: Les aveux d'un journal pro-Ouattara

RHDP: Le PIT devient un membre à part entière

L’opposant pro-Gbagbo Sam l’Africain déféré à la MACA, jugé le 31 mars pour avoir outragé Ado

FOOTBALL: Voici le tableau des QUARTS DE FINALE DE L'EUROPA LEAGUE

MISS CI : une ancienne candidate assassinée chez elle

Interview-Maurice Kakou Guikahué, CSE du Pdci-Rda, très en colère: "Joël Nguessan doit cesser d'ouvrir la bouche."

Procès de Gbagbo-Blé Goudé: Le général Kassaraté confirme les attitudes néocoloniales de la France

Edouard Kassaraté : « Il y avait un service d’écoute français à la résidence présidentielle »

Le 11e refus de libérer Laurent Gbagbo divise les juges de la CPI