Menu

Mise en place des institutions de la 3e République: Soro mélange tous les plans de Ouattara

Le chef de l’Etat a-t-il sous-estimé Soro Guillaume dans ses prises de décisions à la veille de la mise en place des institutions de la nouvelle République ? Tout porte à le croire au regard de l’évolution de la situation socio-politique de ces derniers jours.



Tous ceux  qui ont parié sur la fin politique de Soro Guillaume ont vite fait de  déchanter. L’ex-chef de la rébellion de septembre 2002 continue d’être le maitre du jeu du pouvoir  Ouattara. Et pour cause Soro a mélangé tous les plans de Ouattara qui consistaient à faire de lui une relique sur l’échiquier politique ivoirien .Selon des sources introduites, la short- liste des personnalités pressenties pour occuper la tête des institutions de la 3e République  se composait de Daniel Kablan Duncan, président de l’Assemblée nationale, Amadou Gon comme vice-président, et Hamed Bakayoko Premier ministre. La volonté du président de la République d’effacer les traces de l’ex-rébellion qui lui donne un cas de mauvaise conscience au plan militaire et politique est manifeste à en croire une source au sein du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), coalition au pouvoir. « Le président de la République a fait une promesse aux chefs coutumiers du nord qui consistait à nommer un ressortissant du Nord  au poste de vice-président. Le choix s’est porté sur Amadou Gon. Vous savez que c’est grâce au soutien de la famille Gon que le message de  Ouattara a pu passer dans le grand nord. Cette nomination devait intervenir en guise de reconnaissance » indique un proche de Ouattara qui en veut terriblement à Soro pour’’ ses ambitions démesurées ‘’. Le schéma était bien ficelé quand intervient la mutinerie des 5,6 et 7 janvier qui bouleverse la donne et entraine le repositionnement de Soro dans le jeu politique. Alassane Ouattara décide alors de redistribuer les cartes en proposant Kablan Duncan au poste de vice-président, qu’il vient d’ailleurs de confirmer. Dans la mouture de la 3e République, le vice –président est le dauphin constitutionnel. Kablan Duncan est un proche de Ouattara et un homme ‘’loyal’’ donc le chef de l’Etat par sa décision minimise les risques en cette période de grosse incertitude accentuée par la prise des armes des soldats qui réclament des primes et l’amélioration de leurs conditions de vie. Pour contenter les chefs coutumiers du nord par rapport à sa promesse, Ouattara se voit dans l’obligation de nommer Amadou Gon comme Premier ministre en remplacement de Daniel Kablan Duncan et Hamed Bakayoko au poste de secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre d’Etat. Cette nouvelle disposition  selon notre source, a encore été faussée à cause de l’épée de Damoclès qui pend sur la tête du régime avec l’exacerbation des contestations sociales et militaires. Le chef de l’Etat a besoin d’un homme de confiance au département de la Sécurité et Hamed Bakayoko est l’homme de la situation. Comment Alassane Ouattara pouvait-il changer son dispositif sécuritaire en cette période de crise sans créer des grincements de dents ? Le numéro 1 ivoirien a décidé de couper la poire en deux, ce qui consiste à maintenir Hamed Bakayoko en place tout en lui donnant les moyens de réussir sa mission. « Le président de la République a maintenu Hamed Bakayoko à son poste tout en diminuant l’influence de Soro Guillaume dans les forces armées de Côte d’Ivoire. C’est pourquoi il a débarqué le général Soumaila Bakayoko. Le général de brigade Sékou Touré, nouveau chef d’Etat major des armées est un proche du ministre Hamed Bakayoko tout comme le commissaire divisionnaire Kouyaté qui est nommé directeur général de la police » précise une autre source au sein de l’armée. A la vérité, ce chamboulement dans la mise en place des institutions de la 3e République est symptomatique de la crise qui couve au sein du RHDP pour la succession d’Alassane Ouattara. Et si Soro Guillaume semble satisfait du ‘’petit poste de président de l’Assemblée nationale ‘’ (l’expression est de Soro), il n’a pas encore dit son dernier mot et il a une avance psychologique sur ses adversaires avec la tournure des événements militaires.
Source : Le Quotidien d’Abidjan
Mercredi 11 Janvier 2017


Nouveau commentaire :

Vous êtes libre de commentez le contenu de ce site mais abstenez-vous de proférer des injures à 'encontre de qui que ce soit.
Merci de votre compréhension.
Abidanactu.com

Actu en Filet

Donald Trump accuse Berlin d'être mauvais payeur et Londres d'espionnage

Réunion politique UPCI- Gnamien Konan, « La gratuité des concours administratifs est sacrée pour nous, les frais sont injustifiés »

Arrestation de Sam l’Africain: Affi N’guessan exige sa libération immédiate

L’avocat Robert Bourgi a bien réglé les costumes Arnys de François Fillon

Aéroport d'Orly: un homme abattu après avoir dérobé l'arme d'un militaire de Sentinelle

Côte d'Ivoire: les Ivoiriens en tête des candidats à l'immigration clandestine

Immigration clandestine: 180 Ivoiriens seront rapatriés mardi de la Libye vers la Côte d’Ivoire (Officiel)

TELECOMMUNICATIONS: Orange s’installe au Burkina

MARINE LE PEN AU TCHAD: Va-t-elle rencontrer Idriss Deby ?

Vos Idées

Qui profite, ou pas, de la chute vertigineuse des cours du cacao?

Venance Konan: la Côte d'Ivoire «traverse une zone de turbulences»

Existence d’une pensée juridique ivoirienne: Wodié et Oble ‘’s’affrontent’’

Côte d'Ivoire/ Forces armées: Division...Le pire arrive!

Gambie: Yahya Jammeh a déménagé le palais en quittant Banjul

Situation sociopolitique: Anaky Kobena condamne la gestion de la crise par Ouattara

Mutinerie et grève généralisée dans l’administration: Odette Lorougnon exige la démission de Ouattara

RECONDUCTION DE LA GREVE DES FONCTIONNAIRES – IMBROGLIO AUTOUR DE L’ACCORD AVEC LES MUTINS/ REACTION DE PATRICK SAHI LOUA, PRESIDENT de la SOCIETE CIVILE DIGNE DE COTE D’IVOIRE

Le coup d’éclat militaire en Côte d’Ivoire est-il un coup de semonce ?