Menu

Mariam, le visage humain de la finance

ABIDJANACTU.COM Présidente de la coalition des femmes leaders, Mariam Dao Gabala est l’une des femmes les plus actives et les plus écoutées de la société civile en Côte d’Ivoire. Focus sur une financière, qui a su se faire remarquer par son intelligence, sa droiture et son franc-parler, et qui se bat pour sortir ses « sœurs » et ses « filles » de la pauvreté. Elle fait partie de ces hommes et de ces femmes qui font avancer la Côte d'Ivoire.



Mariam, le visage humain de la finance
Dans ses bureaux situés à Cocody-Les Deux Plateaux,  elle accueille toujours ses visiteurs avec le sourire. Chez Mariam Dao Gabala, directrice Afrique de l’Ouest d’Oikocrédit, aider les autres, surtout les plus démunis, est un sacerdoce.

Diplômée de la prestigieuse ESCA (Ecole de commerce d’Abidjan), qui forme l’élite ivoirienne, elle part se perfectionner à HEC Paris, puis à Montréal, au Canada. Mais, dans un coin de sa tête, elle fait ce qu’elle veut déjà: la finance de développement.
 
Ses études terminées,  alors que son profil attire les convoitises de grands cabinets d’audit et des banques de renom, Mariam Dao Gabala choisit de rejoindre une institution de formation des cadres africains, en tant que directrice des finances. Pour elle, c’est une façon de contribuer au développement social et éducatif. Ensuite, elle devient  consultante pour le Bureau international du travail (BIT), la Banque africaine de développement (BAD), l’Organisation internationale du travail et la Banque mondiale.
 
Mais Mariam Dao Gabala a envie d’autre chose. Et sa vocation de se mettre au service de l’humain va la guider vers Oikocredit, une société financière coopérative créée en 1975 par le Conseil Œcuménique des Eglise. Après que son mari ait envoyé, en réponse à un avis de recrutement, son CV aux responsables d’Oikocredit, elle est appelée pour l’entretien d’embauche. La suite, on la connaît, elle est engagée.  Et, depuis plus de vingt ans, elle travaille pour cette structure.
 
Aujourd’hui, représentante régionale pour l’Afrique de l’Ouest d’Oikocredit, elle permet à des personnes désavantagées d'avoir accès à la finance responsable afin d'améliorer durablement leurs conditions de vie. En plus de la Côte d’Ivoire, ses activités s’étendent au Bénin, au Burkina Faso, au Ghana, au Togo, au Mali,  au Sénégal et en Gambie.

Son regard s’illumine quand elle voit des gens pauvres franchir, grâce à l’appui d’Oikocredit, un cap dans leur existence.
 
Parallèlement à ses activités professionnelles, cette mère de famille, qui est également responsable à Ecobank Ghana, s’engage activement pour la société civile. Présidente de la coalition des femmes leaders, elle est sollicitée régulièrement pour l’observation d’élections présidentielles en Afrique, notamment en Côte d’Ivoire. Et ses prises de positions sont impartiales et respectées.
 
Membre du Conseil d’administration d’Ecobank Ghana, cette mère de famille (elle a cinq enfants) mène une vie professionnelle remplie. Avec le sentiment d’apporter un plus aux autres.
Lundi 13 Juin 2016


Nouveau commentaire :

Vous êtes libre de commentez le contenu de ce site mais abstenez-vous de proférer des injures à 'encontre de qui que ce soit.
Merci de votre compréhension.
Abidanactu.com

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 2 Novembre 2016 - 08:31 Vaillants planteurs de cacao !

Mardi 9 Août 2016 - 01:32 Femme de coeur et d'action


Ce qui va / Ce qui ne va pas

Ce qui ne va pas: La vie chère !

Espace HKB: Il y a de la joie

Le pain infesté de Ndotré

ABOBO PK18: La mauvaise route qui tue

Adjamé-Liberté: Le pont de l'anarchie

La route d'Alépé, à Djibi Village

Cet arbre gêne gravement la circulation

Cette "maison" abrite des Ivoiriens !?!