Menu

Le Sénégal accepte d'extrader «Toumba» Diakité en Guinée

La justice sénégalaise a accepté ce mardi 10 janvier la demande de la Guinée d'extrader le militaire guinéen Aboubacar Diakité. L'ancien chef de la garde présidentielle guinéenne a été arrêté le 15 décembre dernier à Dakar, après une cavale qui aura duré sept ans. Un mandat d'arrêt international avait été lancé contre lui. Il est accusé d'être responsable des massacres du stade de Conakry le 28 septembre 2009. Celui qui est plus connu sous le nom de «Toumba» avait demandé à ne pas être extradé lors de son interrogatoire avec le procureur général le 28 décembre.



Habillé du même jogging rouge que lors de son interrogatoire avec le procureur général, Aboubacar Diakité, surnommé « Toumba », n'a pas montré d'émotion particulière à l'annonce de son extradition. A sa sortie, fermement tenu par deux gendarmes, il s'est cependant énervé, refusant d'être filmé.

L'audience publique traitant de sa demande d'extradition a eu lieu dans le bureau du président de la chambre d'accusation de la cour d'appel. Deux proches de Aboubacar Diakité sont venus le soutenir. Deux sportifs qu'il a connus à Ouakam, le quartier de Dakar où il résidait lorsqu'il a été arrêté.

Lors de cette audience, qui a duré une heure, Aboubacar Diakité a répété ce qu'il avait déjà dit : il ne veut pas être extradé, craignant pour sa sécurité, ajoutant que les personnes concernées par les massacres du stade de Conakry le 28 septembre 2009  sont toujours en fonction.

A (RE)LIRE → Guinée: pour le ministre Cheik Sako (Justice), «M. Diakité va dire sa part de vérité»

Après de courtes délibérations, la chambre d'accusation a annoncé avoir accepté la demande d'extradition venant du gouvernement guinéen. Pour que l'extradition soit validée, le président de la République doit désormais prendre un décret.

Me Baba Diop, l'avocat de Aboubacar Diakité, a dénoncé une décision politique. « La diplomatie l'a emporté sur le droit parce que le droit était avec nous. Nous allons continuer le combat parce qu'après cet avis le président devra prendre le décret d'extradition. La loi nous donne aussi la possibilité de l'attaquer en annulation devant la Cour suprême », explique-t-il.

Dans son réquisitoire, Alioune Ndao, l'avocat général, a argumenté expliquant que les faits imputés à Diakité sont des infraction de droit commun. Selon l'avocat général, une extradition entre le Sénégal et la Guinée n'est pas possible si ces infractions relèvent du politique ou du militaire.

Pour Me Diop, c'est bien de cela qu'il s'agit. « De part le mobile, de part le caractère des faits, il y a une fonction militaire qui s'attache aux infractions, souligne-t-il. Les faits ont été commis dans un contexte de pouvoir politique par les militaires. Nous avons pensé de notre point de vue qu'on ne pouvait pas demander une extradition. »

Mercredi 11 Janvier 2017


Nouveau commentaire :

Vous êtes libre de commentez le contenu de ce site mais abstenez-vous de proférer des injures à 'encontre de qui due ce soit.
Merci de votre compréhension.
Abidanactu.com

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Février 2017 - 18:34 Découverte d'un septième continent


Abidjan Post

Découverte d'un septième continent

Comment la Côte d’Ivoire se retrouve avec 400 000 tonnes de cacao invendues sur les bras

DEUIL: Laurent Pokou sera inhumé le 25 février

Guerre ouverte entre Brédou M’bia et le bureau du procureur pris en flagrant délit de mensonge

CPI : l’ex-directeur général de la police ivoirienne explique son récent limogeage

Meiway arrêté à l’aéroport Heathrow de Londres: La réaction du manager de l’artiste

Un rapport français contrasté sur la situation politique et économique de la Côte d'Ivoire

Euphrasie Yao atterrit à son tour à la Présidence

Grèves intempestives dans le secteur éducatif ivoirien: Kandia Camara plaide pour une trêve

Procès de Gbagbo et Blé Goudé: Fatou Bensouda paye cash une grosse erreur de casting